Eg ve te Bergen

Eg ve te Bergen

C’est bien beau d’avoir fait un bébé à Trondheim, mais maintenant on s’inquiète de son dialecte : on a toujours du mal à comprendre le Trøndersk et vraiment, je dis pas ca parce que je sais dire “poubelle” en Bergensk alors que je connais pas le mot en Trøndersk, le Bergensk est plus joli. Nous avons donc pris les devants et emmener notre troll à Bergen pour quelques jours de rando-poussette début novembre.

Le titre de ce post est une chanson célébrant Bergen et sa météo particulière. On a vu il y a peu un reportage sur la chanson en question, sur l’amour de ce Bergenser qui a longtemps vécu à Trondheim. Ensuite on a vu un reportage sur une chanson de D.D.E, un groupe de rock de Namsos – Namsos, l’autre capitale du Trønder-Rock, et on ne comprenait rien à leur dialecte et il y avait tant de æ dans les sous-titres que ça piquait presque autant les yeux que lorsqu’on lit du suédois (les suédois mettent des trémäs pärtöut).

Revenons à nos baudroies (c’est un poisson moche ; c’est dans les paroles de la chanson) ; bien sur il n’y a pas eu que du grand soleil et nous sommes arrivés en haut de Fløyen en poussant la poussette dans un gros tas de neige fraiche qui fondait déjà. À ce détail près, les villes scandinaves sont très kids-friendly (en norvégien on dit barnevennlig) et on trouve facilement des salles de change et/ou d’allaitement dans les centres commerciaux par exemple – on se demande si c’est ainsi en France, mais le fait est qu’on n’était pas très portés sur la question avant.

Les jours de grand beau temps je suis partie parcourir les ruelles du centre-ville, ne m’interrompant que pour prendre des photos et manger une pølse-potetmos (une knacki-purée quoi), ralentissant tout de même parfois quand le pavé devenait sauvage et que je redoutais le syndrome du bébé secoué. Mieux vaut avoir une poussette avec de gros pneus, quoique ça n’enlève pas les doutes.

Quelques photos du centre-ville qui me ravissent car on n’y voit aucune poubelle – jusque là mes explorations s’étaient toujours butées au grand défilé des poubelles dans les ruelles, ce qui n’est définitivement pas très sexy.

Bryggen, car est-il légal de faire un post sur les attractions du centre de Bergen sans montrer Bryggen ?

L’oeil avisé distinguera deux trompe-l’œil pour ravalement de façade.

Au fond, Ulriken avant d’être saupoudré de neige :

Il y avait alors une lumière folle, la lumière des beaux-jours d’hiver lorsque le soleil se couche au sud et étire les ombres. Elle s’est faufilée dans les ruelles de Bryggen, juste au dessus d’un endroit où deux hommes s’affairaient autour de planches en bois et remuaient la poussière :

Une lumière si belle qu’il fallait même prendre en photo ces poteaux si beaux :

Et les ruelles de Sandviken et de Nordnes :

Skansen côté pile :

Skansen côté face :

Enfin on s’est promenés à Gamlehaugen, d’où l’on a une très belle vue sur Nordåsvannet et Langeskogen :

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>