Le petit guide de Trondheim, sjø

Le petit guide de Trondheim, sjø

À force de voir des photos de vacances partout alors qu’on reste à Trondheim, je me suis dit qu’il était temps de développer les miennes, histoire d’avoir un peu l’impression d’être en vacances chez nous. En vrai c’est un peu plus compliqué, on n’est vraiment pas les rois pour repousser les frontières de notre nouvelle ville en ce moment, mais on maîtrise bien les grands classiques voire un peu plus.

Comme pour le guide de Bergen, j’ai fait un beau dessin :

  1. Munkholmen
  2. Bymarka
  3. Ila (voir précédent billet sur Trondheim)
  4. Sverresborg
  5. Ravnkløa, le (petit) marché aux poissons
  6. Les quais avec quelques entrepôts transformés en magasins, bars ou habitations
  7. La cathédrale de Nidaros
  8. Gamle Bybro, le vieux pont
  9. Bakklandet et la Nidelva
  10. Solsiden
  11. Svartlamon
  12. L’ancienne plateforme pétrolière, le long du chemin de St Olav
  13. Korsvika, une plage
  14. Ringve Museum
  15. Tyholttårnet
  16. La forteresse de Kristiansten (voir précédent billet sur Trondheim)

Nidaros

Le plus grand classique c’est bien sur Nidarosdommen, la cathédrale où sont couronnés les rois norvégiens. On sait maintenant où sur la façade se situent les têtes solo les yeux fermés. Au cas où vous les ratiez, certaines se retrouvent sur les plaques d’égout de la ville.

Le Gamle Bybro et les quais de la Nidelva

Tout à côté de la cathédrale se trouve le vieux pont, le Gamle Bybro, qui est très beau. J’aime bien le prendre, surtout parce qu’il mène à Bakklandet, et j’aime bien Bakklandet, même si bizarrement je n’ai trouvé aucune photo digne de ce nom à développer. J’éditerai donc ce billet en douce quand j’aurai eu la belle photo qui va.

Depuis le Gamle Bybro, les classiques photos des vieux entrepôts le long de la Nidelva :

Ah oui, oui, j’ai déjà montré cette photo, mais excusez-moi du peu, il y a du soleil et du ciel bleu, alors les buts comptent double à l’extérieur :



Du côté Bakklandet, dans la pente qui mène à la forteresse de Kristiansten, il y a le fameux ascenseur à vélo dont le nom est autrement plus impressionant que l’installation. Et en haut, de jolies maisons sur la route pour la forteresse :

Solsiden

Je me rends compte que j’ai également très peu de photos de Solsiden (“le côté soleil”), les anciens ateliers mécaniques reconvertis en restaurants dont les terrasses débordent les jours de beau temps. Voilà des briques, et pour en voir plus, vous pouvez jeter un oeil au billet écrit lors de notre toute première visite de la ville (en bonus se trouve Ila, où nous ne sommes pas encore retournés).

Munkholmen

Depuis Ravnkløa, où se trouve une halle et un marché aux poissons plus petits qu’à Bergen, on peut prendre le bateau pour Munkholmen, l’île au large de la ville. La traversée dure une dizaine de minutes. L’endroit fut tour à tour un monastère, une prison, une base allemande… C’est relativement petit, c’est mignon mais ce n’est pas époustouflant pour autant – cela dit, entre nous, je suis sure qu’il doit y avoir pleins de Pokémons. Autre point d’intérêt de l’île : il y a une plage et donc la possibilité d’emmener son BBQ jetable.

La tour de Tyholt

Pour avoir un beau panorama de la ville, le mieux est de réserver (plusieurs jours à l’avance si vous visez le WE) une table au restaurant Egon (je parle de la chaîne Egon ici) de la tour Tyholt (Tyholttårnet)(bus 22 depuis le centre). On est alors installés à plus de 70 mètres de haut sur une sorte de plateau qui tourne à la vitesse d’un tour par heure environ. En mer, on voit Munkholmen.

Même endroit, un soir :

Au passage, je trouve l’urbanisme tout à fait intéressant : contrairement à Bergen dont le développement est guidé et limité par les montagnes, il y a relativement beaucoup de place à Trondheim, donc beaucoup d’habitations basses. Même qu’il y a des jardins, plats. Ça me fait encore drôle je peux vous dire.

Ici, des immeubles proches de Dalen Hageby :

Lade

On a aussi traîné nos basques du côté de Lade, à l’est du centre-ville, et dans les quartiers environnants. Depuis le centre on peut marcher depuis Solsiden, ou prendre le bus (3 ou 4 selon votre destination).

En s’arrêtant à Buran et en prenant le passage sous la voie ferrée, on rejoint le quartier de Svartlamon. Il faut savoir que Buran est un quartier dont le nom ressort assez vite sur internet quand on cherche “où ne pas vivre à Trondheim (pour une famille)”, et effectivement lors de nos précédentes venues, les quelques tags et murs décrépis aperçus depuis la navette aéroport ne nous avaient pas vraiment fait de l’oeil. Et pourtant, une fois que l’on prend la première petite rue, on est charmés par les immeubles bas et colorés.

Enfin voilà, en passant sous la voie ferrée on débouche directement sur Svartlamon, un quartier qui fait penser à Christiania à Copenhague. Mais en plus petit, parce qu’on est à Trondheim. Et sans les stands de vente de cannabis. Enfin bref, un quartier qui se veut autonome et communautaire et bizarrement, autant ça m’avait fait bizarre de me promener à Christiania, autant c’est cool de longer Strandveien (je n’ai pas osé aller dans les petits passages, j’aurais l’impression d’être chez les gens).

Au passage, il y a le bar/restaurant Ramp Spiseri où l’on peut manger un burger d’agneau et boire du Ubuntu Cola. Ca fait bobo, mais en réalité je pense que c’est le bar/resto le plus relax que j’aie vu en Norvège, où tout est généralement si beau et si design que j’ai l’impression de faire tâche.

Un peu plus loin se trouve EC Dahls, une brasserie du groupe Ring qui fait de la pils et qui vient tout juste d’ouvrir un bar-restaurant. La pils, c’est de la bière très légère et pas forcément bien goûteuse, mieux vaut goûter aux bières de la Mikrobryggeri (qui fait aussi resto, mais honnêtement j’en ai un peu marre de voir des burger partout s’ils n’ont rien de spécial) qui semble-t-il sont excellentes (je rapporte ce qu’on me dit, je ne peux pas y goûter pour l’instant) et trouvables dans les supermarchés locaux.

En longeant Strandveien :


Au bout de Strandveien, en prenant à gauche au lieu de monter, on rejoint un petit sentier qui mène directement à Korsvika, une des plages préférées des trondhjemmer. Au passage il y a une vieille plateforme (les quartiers d’habitation) – on m’a expliqué qu’elle a d’abord été “offerte” par des industriels (j’ai oublié les noms) pour des exercices, puis finalement abandonnée et personne n’a l’air d’avoir envie de payer pour l’enlever à présent. On m’a aussi dit que c’était un Pokéstop (je mène sérieusement l’enquête quand il s’agit du blog).

Vue sur Munkholmen depuis Ormen Langes Vei, qui est une partie du chemin de pélerinage de St Olav. On peut faire des dizaines de kilomètres plus ou moins le long du fjord.


Korsvika :


Toujours du côté de Lade, il y a le Ringve museum, le musée de la musique et des instruments. C’est un beau musée avec un beau jardin, mais légèrement cher par rapport à sa taille (110 kr, soit un peu plus de 11€), ce qui est peut-être dû à l’incendie dont il a été victime l’an dernier. Quoi qu’il en soit, on peut y voir des instruments du monde entier et bien sur de Norvège – vous tomberez d’amour devant les beaux violons du Hardanger. Il y a aussi la guitare de la tournée américaine 1982 de Åge Aleksandersen!

!!!

Comment ca vous ne connaissez pas Åge Aleksandersen ?

Bon, j’vous explique : dans nos quêtes pour l’installation, un jour, nous atterrissons à City Lade, un centre commercial. On y voit un gus et son groupe en train de chanter à l’occasion de son nouvel album. Il y a beaucoup de monde amassé – mais on ne fait pas attention, on reste sur nos bases francaises “oui il y a des gens qui se sont arrêtés”, alors que si on avait converti en base “Trondheim un mois de juin, et je vous rappelle que les magasins en ville ferment à 18h et que le centre est alors désert”, ca faisait Vraiment un max de monde. Donc, il y a beaucoup de monde, ça nous fait une belle jambe mais nous on veut juste aller aux toilettes (je n’ai pas perdu de ma superbe quand il s’agit d’annoncer que j’ai envie d’aller aux toilettes), et on file.

Ce n’est que le lendemain, en voyant la guitare d’Åge Aleksandersen au Ringve Museum, qu’on réalise que c’était le bonhomme de la veille, le Johnny Halliday de la Norvège : dans les années 80, il a vendu jusque 275 000 exemplaires de son disque. La Norvège comptant à l’époque un peu plus de 4.1 millions d’habitants, si l’on met les chiffres à l’échelle de la population, ça correspond à environ 3.7 millions de disques vendus en France au même moment.

La semaine suivante, on apprend que Åge Aleksandersen a organisé un concert au Royal Albert Hall de Londres, en vendant 3500 packs “avion + hôtel + place de concert” (environ 1000€) et en affrétant des charters depuis les principales villes norvégiennes. Les billets, mis en vente 18 mois à l’avance, ont été vendus en 3 minutes top chrono.

Voilà pour Åge Aleksandersen, la rock star du Trøndelag (le Trøndelag c’est la Norvège du centre, autour de Trondheim), devant qui on est humblement passés pour aller aux toilettes.

Revenons-en à nos moutons du Hardanger : le Ringve Museum

Sverresborg

Dernière étape de nos visites à Trondheim : Sverresborg et son musée folklorique. Il existe des musées similaires à Oslo et Bergen : d’anciennes maisons de la région / du pays ont été regroupés au même endroit, et c’est joli. C’est assez grand, mieux vaut prévoir au minimum 2h pour la visite, voire plus si vous souhaitez assister à des animations.

La dernière photo est une grande bâtisse de Røros (prononcez Reurousse), un village à 2h30 en train de Trondheim. C’est à la fois un ancien village minier, le village le plus froid du pays (-20 degrés l’hiver  n’est pas chose rare, mais ils ont déjà eu -50, et surtout il neige quotidiennement entre la mi-Novembre et la mi-Avril), le village du Père Noël, et une terre tradition : beaucoup de produits gastronomiques en proviennent.

Autant dire que j’aimerais bien me promener un jour à Røros, ainsi que dans les massifs montagneux au sud de Trondheim, sans oublier la côte au nord, mais avec une brioche au four et mon souffle court, on préfère repousser ce genre de découvertes et explorer un peu plus la ville.

ps: le “sjø” du titre, c’est parce que les trondhjemmer sont connus pour ajouter “sjø” un peu partout, et c’est pas tout à fait faux.

Rendez-vous sur Hellocoton !

2 thoughts on “Le petit guide de Trondheim, sjø

  1. Bonjour

    Toujours un plaisir de lire votre blog! Ce billet sur Tromdheim est parfait pour préparer notre mini escapade matinale. Nous aurons de 9h à 11h30 pour avoir un aperçu de la ville.
    Je pense que nous aurons juste le temps de faire un petit tour – nous sommes plutôt des contemplatifs ;-) : La cathédrale de Nidaros, Gamle Bybro, Bakklandet et la Nidelva puis Solsiden. As tu un endroit sympa à nous conseiller où nous pourrions boire un café dans la matinée et éventuellement prendre un truc pour déjeuner?
    Merci pour votre avis.
    Carinne

    1. Bonjour,
      Et toujours merci. Je n’ai pas vraiment eu l’occasion de tester beaucoup d’endroits, mon avis vaudrait donc autant que votre impression “oh ca a l’air sympa” :)
      Cela dit, j’ai lu à plusieurs reprises lu du bien de Bakklandet Skydsstation qui pourrait remplir le cahier des charges.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>