Beaucoup de conseils pour réussir vos photos de mariage

Beaucoup de conseils pour réussir vos photos de mariage

Ces trois dernières années, j’ai été photographe (amateur)(mais officielle <– ça veut dire que j’avais un badge \o/) de plusieurs mariages d’amis ou dans la famille. C’était l’occasion de m’amuser et de faire un cadeau, tout en partageant une belle journée. C’était aussi très logique pour moi : j’ai toujours mon appareil photo avec moi. Voici quelques astuces si vous avez envie de sauter le pas.

Le propos ici n’est pas de dire que l’on peut se passer de photographes pro : ils font du très bon travail et sont souvent indispensables, et qu’un amateur s’autoqualifie de pro nuira sans aucun doute à la profession. Ici, j’essaie de donner des conseils aux photographes amateurs qui, comme moi, souhaitent sauter sur l’occasion pour s’amuser à faire “des photos de mariages”.

psss : j’illustre l’article avec des photos, souvent ratées pour une raison ou une autre, mais en vrai je fais aussi de belles photos de gens – qui n’ont peut-être pas envie de se retrouver sur internet, d’où le fait que je publie généralement peu de portraits ici (je dis ça pour les copains qui se marient bientôt).

Pourquoi refuser

Si les mariés vous ont sollicité, réfléchissez avant d’accepter de couvrir leur mariage. Quelques pistes de ce qui pourrait vous bloquer :

  • Vous avez été contacté pour réduire les frais du mariage : même si vous avez envie d’aider, il est préférable de refuser. Mieux vaut, pour que vous aussi vous passiez une bonne journée, que les mariés vous aient contacté parce qu’ils estiment votre travail (quand bien même êtes-vous amateur), parce qu’ils ont confiance en vous et qu’ils seront plus à l’aise en votre présence.
  • Vous aimez la photo, mais vous commencez tout juste : mieux vaut avoir déjà bien expérimenté et avoir de bonnes bases techniques pour réagir rapidement.
  • 5 photos à la mairie, 3 au buffet et 2 au repas et le tour est joué! : si vous n’êtes pas déjà le paparazzi des repas de famille, si votre appareil photo n’est pas l’extension de votre bras, bref si vous n’êtes pas endurant, mieux vaut laisser le travail à des pros.

Pourquoi accepter

Voici quelques-unes des raisons qui peuvent vous pousser à accepter/vous proposer pour la couverture photo du mariage de proches :

  • Vous adorez faire de la photo, partout, tout le temps, et un mariage est la meilleure excuse pour faire des portraits à foison!
  • Vous aimez être remercié dans les discours
  • Vous espérez un accès privilégié au stand de foie-gras
  • Votre petit plaisir est d’accéder au backstage
  • Vous avez envie d’offrir un cadeau personnalisé aux mariés

Connaissez bien votre appareil

Le plus important avant d’accepter de couvrir le mariage de vos amis / votre famille, c’est d’avoir le niveau en photo.

Parce qu’un mariage n’est absolument pas l’endroit où vous pourrez découvrir de nouvelles techniques, il faut que vous soyez déjà le paparazzi officiel des repas de famille. Parce que la journée est longue, il faut que vous soyez endurant et que vous sachiez abandonner votre flûte de champagne pour photographier la danse.

Et surtout, il faut que vous connaissiez parfaitement votre appareil et ses possibilités. Vous venez de changer d’appareil ? Il vous reste quelques semaines pour le maîtriser parfaitement avant le jour J.

Aimez les mariés, aimez le monde!..

… et éviter les photos peu flatteuses.

Évitez les photos en contre-plongée qui grossissent, trouvez le bon profil, cherchez la meilleure lumière et ne canardez pas lorsque votre sujet mange.

Bref soyez patient, parce qu’il y a beaucoup de façon de rater ses portraits. Accourrez lors des éclats de rire, déchainez-vous lorsque vient la lumière d’or (je vous conseille de lire cette déclaration d’amour de Chloé Vollmer-Lo à ses sujets, c’est très juste).

Définissez votre style de photos

Vous avez bien entendu le droit d’avoir votre propre style. Moi par exemple, je préfère faire des photos en mode reportage : je préfère être là, observer, discuter, mais jamais je ne bougerai un objet. Dans la vraie vie, vous voyez souvent des escarpins accrochés dans le jardin, vous ? Moi non, alors je ne les y mettrai pas (bon par contre, si les zozos qui s’occupent de la vidéo l’ont fait, admettons).

Cela dit, les mariés ont peut-être des attentes particulières et mieux vaut discuter avec eux pour que tout le monde soit content.

Faites vous présenter à la famille (et aux autres invités)

Bien que vous connaissiez très bien les mariés, vous ne connaitrez sans-doute pas leur famille, ou leurs amis. Il est alors très important qu’ils vous présentent (à la page remerciements s’il y a un livre de messe, au discours d’accueil des vins d’honneur, …) pour une raison importante : vous aurez faim et soif.

Bon, la vraie raison c’est que le jugement d’appréciation des autres convives est tout à fait différent entre:

Dis donc ton photographe est en train de se remplir le bide de foie gras!
(au passage : c’est pas vrai, vous n’avez aucune preuve), et:

Oh la pauvre, elle est invitée, elle écourte ses vacances, prend l’avion, se lève à 7h du matin pour suivre la mariée chez le coiffeur alors que tout ce dont elle rêve c’est d’une chocolatine, puis elle doit mettre sa robe et se maquiller en 5 minutes top chrono après le repas du midi mais avant les photos de couple, et quand enfin vient le buffet, elle n’a même pas le temps d’en profiter!
Remarques :
– c’est pas aussi facile qu’on le pense, de trouver une chocolatine en Corrèze
– rechargez mon verre et mes petits-fours lors du buffet, et je vous aimerai d’amour

Et si les invités ont un sentiment de sympathie pour vous, ils vous souriront, et ça fera de plus jolies photos!

Souriez!

Vous voulez que les gens vous sourient ? Souriez aussi !
(Et oui, même quand vous entendrez la même blague une 3ème fois, et même si c’est pas très drôle)

Ayez beaucoup de place sur vos cartes mémoire

Parce qu’un mariage, c’est pas l’endroit pour se dire “zut il me reste plus que 300 photos à faire, celle-là je la fais pas”, soyez très très très large sur la mémoire libre sur vos cartes.

Puisque vous photographierez en RAW, comptez bien 16mo par photo, ajoutez à cela le fait que vous serez parfois tenté de faire des petites vidéo, mélangez avec le fait que l’on peut facilement faire entre 1200 et 2500 photos lors du week-end (selon le nombre d’invités)(je vous ai dit que je prenais vraiment beaucoup de photos?), et il vous faut au grand minimum 32 Go de place – mais prévoyez un plus au cas où.

Ayez le programme sur vous (et demandez les dispositions à l’église)

Les mariés l’ont lu dans tous les bouquins sur le mariage : il faut faire un planning pour le jour J, et l’avoir vous aidera à savoir où et à quelle heure retrouver les mariés.

Voici les repères clé :

  • Y a-t-il une séance photo engagement ou save the date ? (plusieurs semaines/mois avant le mariage)
  • coiffeur ? maquillage ?
  • où on mange à midi ? (cf être présenté à la famille)
  • Habillage
  • Photos de couple : avant ou après la cérémonie ? cela dépend tant du planning que de la lumière souhaitée
  • Mairie
  • Lieu de culte ?
  • Photos de groupe
  • Vin d’honneur
  • Repas
  • Soirée

Certains pousseront le détail du planning à la seconde près (si, je vous jure – dites pas de mal ils me lisent! ;)). Dans ce cas, repérez les éléments les plus importants : soyez suffisamment vif pour repérer par vous-même à quelle seconde les mariés se regardent les yeux dans les yeux, mais retenez l’heure du lancement de bouquet (même si vous êtes une fille, vous n’entendrez peut-être pas l’appel).

Si vous connaissez parfaitement le déroulement à la minute près, il vous faudra aussi être au courant des placements, notamment si le mariage se déroule dans un lieu de culte : lors du premier mariage couvert, je pensais que les mariés se lèveraient et iraient devant l’autel pour s’échanger les alliances, et j’attendais bien sagement au fond de l’église pour faire La photo avec les bancs de chaque côté. Et bien les mariés sont restés tout du long sur leur chaise, sur le côté, et j’ai bien failli rater l’échange des alliances. (Et je vous parle pas du prêtre qui se balançait à gauche puis à droite pour se trouver exactement dans mon champ)

Un dernier petit conseil : n’allez pas chez le coiffeur dès le début, il n’y aura peut-être pas assez de Paris Match à lire (mais dans les Femmes Actuelles, il y a parfois des bonnes recettes).

Où j’ai du rappliquer depuis le fond de l’église et me faufiler pour éviter d’avoir le prêtre dans le champ. Bonjour la première photo d’échange des alliances.

Pour prendre les photos classiques

Certains classiques sont attendus, et il ne faut pas les rater. En voici quelques-uns en vrac :

  • la mariée et son père entrant dans la mairie/l’église/etc
  • la signature des registres
  • l’échange des anneaux
  • le bisous des mariés
  • la sortie de la mairie/l’église/etc
  • la mariée qui sent son bouquet
  • la mariée qui montre sa bague
  • le lancer du bouquet
  • le gâteau
  • l’ouverture du bal

Dites aux mariés de se taire

Les mariés ne sont pas forcément des blogueuses modes, et peut-être seront-ils très mal à l’aise devant la caméra. Dans ce cas, ils feront comme vous et moi : ils feront des grimaces, ils parleront et vous, sur vos photos, vous aurez toujours une mâchoire décalée ou des yeux fermés.

Avertissez donc les mariés dès le matin : pour avoir de belles photos ils devront se taire lors des photos et vous n’hésiterez pas à leur rappeler. Oui, ça pique, mais c’est nécessaire.

Et si en plus ils peuvent vous regardez à chaque étape importante (discours, lors du toast, avant de couper le gâteau,…), ils auront gagné le statut de mannequin.

Dirigez vos modèles (et évitez les bras qui pendent)

Même si ce n’est pas votre style de photos, il faudra faire les grands classiques des photos de mariage. Et en particulier : les photos de couple.

Voilà le schéma classique si vos modèles ne sont pas très à l’aise devant l’objectif : la mariée tient son bouquet d’une main, de l’autre main elle tient le marié qui, lui, a un bras ballant. Et dieu qu’il a l’air bête et pas naturel avec son bras qui pend!

Potassez un peu à l’avance les photos de couples qui pourraient coller à vos cobayes, histoire de leur donner des directives à ce moment-là : créer des tableaux sur Pinterest, regardez des blogs de mariage… Et dites-leur de faire l’amour à la caméra!

Le syndrome du bras qui pend.

Abondance, prospérité et fécondité

Vous vous rappelez de vos cours d’histoire et de ces images de propagande ? Et bien les photos de mariage, c’est pareil : les mariés sont heureux, ils s’aiment, ils regardent vers l’avant (donc à droite), il fait beau, ils ont la vie devant eux, le futur leur sourit et l’herbe est parfaitement verte.

Si le mariage a lieu dans un endroit que vous ne connaissez pas, discutez avec les mariés de l’endroit où ils souhaitent faire leurs photos de couple. Si cela a lieu en pleine nature, essayez de voir ce qui peut clocher le jour J : est-ce que l’eau du lac est verte ? est-ce que le blé a été fauché la semaine précédente ? est-ce que l’herbe a été tondue sans être ramassée ? est-ce que l’herbe a séché ? est-ce qu’il y a des taupinières ? est-ce qu’on voit la route ?

À partir de là, adaptez-vous pour trouver l’endroit (ou l’angle, faute de mieux) qui remplira le cahier des charges : abondance, prospérité et fécondité.

Ciel gris, lac vert, herbe tondue et sèche : la combinaison gagnante!

Une des astuces pour remplir le cahier des charges Abondance, Prospérité et Fécondité est d’utiliser des réflecteurs, pour vous assurer d’une belle lumière dorée. Et si les couleurs ne sont vraiment pas terribles, tentez le noir et blanc.

Photos de groupe

Les photos de groupes sont une épreuve en soi, car c’est long, il y a du monde, il y a toujours quelque chose qui ne va pas, et vous, au milieu, vous ne pouvez pas tout gérer. Voilà les quelques trucs à savoir pour passer le boss de fin.

La première épreuve consiste à établir avec les mariés le moment et l’endroit pour faire des photos de groupe (je précise le moment, parce que certains m’ont répondu “plus tard”… et il semble que le moment n’est toujours pas arrivé – dites pas de mal, ils me lisent aussi!). Quoiqu’il en soit sachez qu’une fois le buffet lancé, il est difficile d’interrompre les conversations et de faire poser les coupes de champagne.

Un mariage à 60 personnes ne nécessite pas un parc aussi grand qu’un mariage à 150 convives, mais dans tous les cas il faut être sur que vous réussirez à avoir tout le monde dans l’objectif. Pour cela : trouvez des marches, une pente, montez à l’étage de la mairie, sur des jeux, et aussi : ayez un grand angle (ou un zoom, selon l’endroit où vous serez posté) !

Quelques autres astuces :

Faites vous aider pour préparer les groupes

Pour être plus à l’aise, une autre personne (du genre avec une voix qui porte) doit se charger de réunir le groupe suivant tandis que vous photographiez un premier groupe avec les mariés. Une petite liste aidera très certainement cette personne. Si, en plus, deux photos sont requises pour chaque groupe (une sérieuse, une fun), alors une troisième personne sera chargée de donner les indications pour la photo fun.

Faites votre propre photocall

Les invités étant comme les mariés, ils parleront entre eux, la moitié gauche sourira pendant qu’à droite on montre sa robe, etc… Pour être sur que tout le monde vous regarde, vous, au même moment, il n’y a pas de secret : il faut élever la voix, et même faire des gestes.

Parlez toujours avant de faire une photo, faites en une pelleté, essayez de regarder vite faite si deux ou trois conviennent (en regardant en détail, au calme, vous trouverez toujours quelqu’un les yeux mi-clos). Et surtout, ne dites jamais “C’est bon, merci à vous!” avant d’être sur de tenir LA photo de groupe. Mais n’oubliez pas de le dire lorsque c’est terminé ;)

Soyez intransigeant et pointilleux

Le grand nombre d’invités et l’appel du cocktail aidant, vous serez vite tenté de dire “ouais, celle-là elle passe” en regardant une photo. Il faudra néanmoins être très pointilleux : est-ce que quelqu’un a posé son pull/sac à terre le temps de la photo ? est-ce qu’il y a des enfants en train de jouer loin dans l’arrière-plan ? (si oui : sont-ce des enfants invités au mariage, ou des enfants du village?)

Qui a laissé trainer son sac par terre ? (à part moi, j’entends)

 

Prenez plusieurs photos d’un même groupe

C’est peut-être bête à dire, mais il vous faut prendre au minimum 3 photos par groupe. Vous aurez toujours des surprises au développement : une floue, une où les gens ne regardent pas, et la dernière peut-être sera pas trop mal.

Prenez votre pied

Afin d’éviter les photos floues*, ou encore pour faire la fameuse photo avec tout le monde (y compris vous, et il faudra courir), emmenez un trépied ou un gorilla-pod.

À essayer : les photos en contrejour (avec un pare-soleil)

Ce n’est peut-être pas votre cas, mais je déteste quand une photo de groupe prend du temps et qu’en plus, il y a un soleil d’enfer. J’ai les yeux très sensibles et en m’efforçant de les garder ouverts pour la photo, je finis en pleurs. Quant à d’autres, ils feront tout simplement la grimace ou bien mettront leurs lunettes de soleil, etc. Autant dire que c’est pas cool.

L’an dernier, on a donc tenté une nouvelle approche (à comprendre : ils se sont mis en contrejour, et ça ne m’a pas gêné techniquement) : faire les photos en contrejour. Attention, il faut vraiment savoir ce que vous faites!

Pour réussir vos photos, passez en mode manuel et faites vos réglages pour que les gens soient exposés normalement. De fait, le décor sera surexposé.

Les avantages :

  • personne ne fait la grimace
  • les sujets sont mis en valeur par rapport au décor

Désavantages :

  • les ombres, si très fortes, sont gênantes devant les sujets car elles attireront l’oeil
  • le ciel bleu sera cramé : on aura l’impression qu’il fait moche

Bref, il n’y a pas que des avantages et il est donc important de discuter avec les mariés. Mais, même si vous vous mettez d’accord, vous aurez tout de même le plus gros inconvénient : vous n’êtes pas le seul à prendre les photos de groupe… mais vous serez peut-être le seul à savoir régler votre appareil photo. Bref Tonton Jeannot et Tata Jeanine auront des photos, eux, à contrejour et vous traiteront d’incapable.

Enfin, n’oubliez surtout pas votre pare-soleil, faute de quoi vous aurez un halo de lumière pas toujours facile à corriger.

Petite remarque : si les photos “en contrejour” sont un sujet à réfléchir pour les photos de groupe, foncez lorsqu’il s’agit d’un portrait!

Photo de groupe en contrejour : personne ne fait de grimace face au soleil, mais le ciel est cramé et les ombres sont imposantes… Et en plus, il y a 3 sacs qui traînent par terre.

 

Quelques contre-exemples

Jusque là, j’ai toujours eu des petits problèmes pour les photos de groupe. Voici l’historique des erreurs à ne pas reproduire :

  • Photos dans un parc, avec 100 personnes et aucun moyen de surélever la prise de vue : le groupe était donc très large, j’ai beaucoup reculé l’appareil et, si on voit tout le monde, les têtes sont vraiment trop petites.
  • Malgré mes questions préalables et en cours de buffet, on me dit qu’on fera les photos de groupe “plus tard”. J’attends encore.
  • J’ai de quoi me surélever, j’ai un grand angle, je les laisse s’installer… en contrejour. Pas de problème, je gère ca très bien et ca fait un bel effet – mais pas les autres invités, qui ont des photos pourries  (l’un me dit même que je suis une grosse nulle \o/). Par contre, j’avais du réduire le matériel et j’avais oublié le pare-soleil… je ne m’en rends compte qu’après quelques photos : il faudra que je cache les “tâches de soleil” en post-traitement (c’est pas toujours facile).
  • Je repère le terrain à l’avance : on a des arbres, des fleurs, c’est vert, pas en contre-jour alors tout le monde est content, on sait quand on prend les photos, le soleil est doux, mais… je dois aller m’installer à la fenêtre de la salle de bain, à l’étage de la maison. J’y mets mon gorilla-pod, très pratique, je zoome et je réduis l’ouverture jusqu’à 7 ou 8 pour éviter tout problème de profondeur de champ, mais… :
    • Parfait pour les grands groupes, par contre les petits groupes (4 ou 5 personnes) ont l’air perdu au milieu des grands arbres – et mon zoom et déjà au max
      Solution : j’aurais du faire les photos des très grands groupes dès le début, puis descendre et me rapprocher.
    • L’ouverture étant à 8, j’ai un shutter à 100 environ. Généralement ca va, mais cette fois j’ai le zoom à fond et la moindre petite perturbation peut produire du flou. Or au début, je prends les photos en appuyant sur le bouton (au lieu d’utiliser ma télécommande, qui aurait été plus sure)
    • Les gens ont du mal à voir où je suis cachée et il y en a toujours un ou deux qui regarde ailleurs
    • Pour donner mes instructions (attention, j’ai un verre en plastique et un sac à main dans le champ), je dois hurler depuis ma fenêtre de salle de bain
    • Pour la photo avec tout le monde (y compris moi), ma télécommande ne me laisse que 2 secondes de répit… et n’avait pas assez de portée. Pour bénéficier des 10 secondes du retardateur, il fallait que j’appuie sur le bouton de l’appareil (remarque : il y a peut-être une astuce, mais à ce moment là je ne la connaissais pas), ce qui était impossible.

Prenez du recul: ayez un grand-angle!

Pour pouvoir parer à toutes les situations, il vous faudra plusieurs objectifs. Pour ma part, voilà mon trio gagnant :

  • un objectif à tout faire, par exemple 24-70mm si possible avec une grande ouverture (f/2.8) : pratique pour faire des portraits lors du cocktail sans interrompre les conversations, à l’église, etc…
  • un objectif spécial portrait, genre le f/1.8 50mm
  • et un objectif qui vous sortira de toutes les situations où vous vous sentirez à l’étroit : un grand angle (10-17mm par exemple). Si la mairie est petite, si l’église est minuscule, si tous les invités se pressent autour des mariés à la sortie, si le groupe d’invités est énorme lors des photos de groupe… un grand-angle vous sauvera!

Pour ma part j’apprécie particulièrement les objectifs à grande ouverture, qui permettent d’obtenir un bokeh pour les portraits, et ne m’obligent pas à monter trop haut dans les ISO (surtout en soirée).

Ayez plusieurs objectifs (et des amis)

L’autre avantage d’avoir plusieurs objectifs (vous noterez dans ma liste précédente que le f/1.8 50mm est un peu redondant) c’est que vous pourrez parer en cas de pépin, à savoir si l’un de vos objectifs vous lâche.

Dans ce cas, restez calme, ne dites rien aux mariés qui ont autre chose à faire, et réfléchissez si vous n’avez pas un pote ou deux avec un appareil de la même marque pour faire un échange de temps en temps.

J’ai fait le dernier mariage avec un grand angle et une focale fixe parce que mon objectif principal avait décidé de me lâcher ce jour là après 5 ans de bons et loyaux services et… ça a plutôt bien marché, à l’exception du cadrage moins soigné que j’ai pu corrigé au développement.

Le matériel à prendre

S’il faut plusieurs objectifs, voici les autres choses à ne pas oublier :

  • plusieurs batteries, et le chargeur de batterie
  • des cartes mémoires
  • un trépied, ou gorilla-pod, ou les deux
  • une pièce de monnaie (pour fixer le sabot de votre pied)
  • une télécommande
  • un flash ?
  • des réflecteurs ?
  • tissus pour nettoyer les objectifs

Détectez les groupes d’amis et les familles

Un mariage, c’est l’occasion de regrouper tout le monde autour des mariés et, dans chaque groupe (amis, famille), c’est une occasion unique de tous se réunir.

Votre rôle est donc de fournir les photos souvenirs pour chacun de ces groupes. Si vous voyez qu’un groupe est formé, c’est le moment d’aller prendre une photo. Si toutes les sœurs de la grand-mère de la mariée prennent un verre, foncez!

Pour cela, deux solutions : soit vous êtes super observateur et physionomiste, soit vous avez des indics’ dans la famille pour vous dire que là, c’est un moment à ne pas rater.

Et faites des portraits

S’il est toujours super de prendre en photo les petits groupes qui discutent lors du vin d’honneur, n’oubliez pas de faire des portraits. J’essaie dans l’idéal d’avoir un portrait réussi par personne. Évidemment quand il y a 150 personnes les choses sont compliquées et on ne sait jamais qui on a pris ou non en photo. L’astuce ultime consiste à faire le tour des tables au début du repas : on peut alors prendre en photo la tablée, et être sur de tirer le portrait à tout le monde (en théorie, parce qu’en pratique certains mettent plus de temps que d’autres à s’assoir) sans pour autant qu’ils aient un bout de pain dans la bouche.

Attention cependant : la lumière est généralement bien meilleure au vin d’honneur, et certains ne restent pas au repas.

Ayez toujours votre appareil près de vous (même au repas)

Même si vous avez bien entendu le droit de vous accorder des pauses bien méritées près du stand foie gras, soyez sur de toujours avoir votre appareil près de vous.

Cette remarque marche aussi pour le repas : vous pensiez en avoir fini, que tout le monde resterait bien sagement à sa table ? Eh bien non, des copains font une surprise!

Levez-vous (même au repas)

Profitez de la pause entre l’entrée et le plat pour aller faire des photos des autres tablées et tirez quelques portraits.

Et soyez prêt à vous lever lorsque les surprises arrivent : avoir des photos d’un seul angle serait dommage (surtout que votre place n’est pas toujours le meilleur angle!)

Le moment où il faut se lever pour trouver un meilleur angle.

 

Prenez des photos du buffet

Parce que les gens sont très gentils et qu’ils aiment beaucoup le plateau de fromage, ils viendront forcément, à un moment, vous dire “viens prendre une photo du plateau de fromage!”. Moi aussi j’aime beaucoup le plateau de fromage, mais je préfère l’attaquer avec un couteau et du pain (et du vin) (c’est une remarque qui marche aussi avec le stand de foie gras).

Pour éviter qu’on vienne vous voir trop souvent avec ce genre d’intervention (surtout lorsque vous avez des photos plus importantes à prendre), je crois que la stratégie consiste à anticiper.

Vous avez un moment libre ? C’est le moment de prendre la photo du plateau de fromage.

La belle-mère de la mariée vient tout de même vous suggérer une photo ? Montrez-lui que vous l’avez déjà! Peut-être même qu’au bout de la 3ème fois, elle comprendra que vous êtes grand et que parmi les 2500 photos de la journée, il y a certainement celle du plateau en question.

La meilleure façon de s’assurer la première place devant le buffet : prendre des photos.

 

Oubliez le flash (à moins que vous soyez très fort)

Bon, c’est pas complètement vrai, il ne faut pas oublier le flash. Il faut oublier le flash si vous n’avez que celui de votre appareil photo, celui qui fait des ombres pas belles et qui tirent les traits, et si vous n’avez pas l’habitude de vous en servir. Moi par exemple, ce n’est pas mon truc du tout : je ne me suis jamais exercée avec, je ne connais pas très bien les techniques pour réussir les photos au flash, alors en soirée je préfère avoir des objectifs à grande ouverture et, si vraiment il le faut, monter en ISO.

Mais vous, si vous êtes un dieu du flash, le savior of the universe, et que les gens ont 10 ans de moins quand vous flashez, allez-y!

Soyez surs de vos réglages (mais vérifiez-les tout de même de temps en temps)

Il y a bien longtemps j’ai lu qu’un photographe disait, à l’ère du numérique, que le temps passé à regarder les photos prises était du temps perdu pour prendre des photos. C’est pas faux : s’il se passe des choses, canardez!

Cela dit, regardez tout de même vos photos de temps à autre. Parce que votre bras a touché la molette, parce que la lumière a soudainement changé, il vaut mieux s’assurer de temps de temps que vous ne cramez pas vos photos.

Faites attention à vos collègues

Lors de leur mariage, les mariés seront peut-être tentés de demander la couverture photo/vidéo à plusieurs personnes. Parce qu’on ne peut pas s’occuper de tout, parce qu’il faut faire plaisir à Tonton Jeannot qui aime bien prendre des photos, et parce qu’après tout, il vaut mieux prévenir les ratés.

Dans ce cas là vous serez deux à trois personnes à tourner autour des mariés, et les choses se compliquent parce qu’il ne faut pas vous gêner entre-vous. Il faut donc trouver le bon compromis entre “Ne prenons pas les mêmes photos”, “J’ai envie de montrer que mes photos sont plus belles alors je ne lâcherai pas cet angle” et “Pousse-toi t’es dans mon champs”.

Soyez vif, repérez vos collègues, déplacez-vous, cachez-vous pour ne pas les gêner, mais après tout vous aussi vous devez bien en prendre des photos, alors préparez-vous et…

Laissez votre appareil disponible

Après le repas, tandis que vous vous déchaînez sur la piste de danse, il peut être malin de laisser votre appareil photo en libre accès aux autres invités – s’il n’y a pas trop d’enfants, si vous faites confiance, etc. C’est le meilleur moment pour avoir des photos drôles (idiotes ?), pour avoir des photos (idiotes ?) de vous, et puis enfin, vous avez bien mérité un peu de repos.

L’astuce pour que votre appareil ne se ballade pas partout : mettez-le sur un trépied pour faire le fameux Photomaton, écrivez le mode d’emploi sur une feuille et laissez la télécommande à disposition (avec un endroit clairement marqué pour la reposer).

Développement : restez calme

Le développement des photos est un passage obligé et compliqué à gérer. Vous voilà devant votre ordinateur, avec 2500 photos en une journée et parmi elles, il faut le dire… il y en a beaucoup qui sont ratées.

En ce qui me concerne, je n’apprécie pas vraiment cette phase, pour plusieurs raisons :

  • au moins à la prise de vue il y avait des petits fours
  • les mariages ont souvent lieu en été, donc le développement aussi, et moi l’été je préfère aller me promener
  • les mariés attendent leurs photos le plus vite possible…
  • … et moi je vois absolument tous les trucs ratés sur les photos, et il est impossible de les refaire!

Restez calme! Vous avez pris beaucoup de photos pour que, parmi celles-ci, il y en ait un nombre suffisant de réussies. Ne vous focalisez pas sur les ratées.

Développement : revenez-y plusieurs fois

Parce que vous changez d’humeur, et parce que la lumière dans la pièce vous a trompé lors d’un premier développement, mieux vaut faire plusieurs passages pour peaufiner les réglages avant d’exporter les photos.

Laissez les mariés partager les photos… mais rappelez-le souvent!

Une fois les photos prêtes, il est normal que ce soit aux mariés de les diffuser. Malheureusement… ils oublient souvent. Et puisque vous faites partie de la famille ou des amis, les autres invités vous demanderont régulièrement de leur donner les photos. Rappelez donc de temps en temps aux mariés que beaucoup attendent de voir les images de cette belle journée.

Rendez-vous sur Hellocoton !

2 thoughts on “Beaucoup de conseils pour réussir vos photos de mariage

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>