Hardanger, pays des merveilles

Hardanger, pays des merveilles

Le Hardanger, c’est une région une sud-est de Bergen qui se décline en plusieurs versions : fjord, vallée, plateau. Je ne savais pas trop quelle version choisir pour le titre, alors “pays” au sens de région, c’est bien.

D’habitude quand on a des visiteurs, on leur fait miroiter un week-end ensemble à faire les 22 km A/R pour aller jusqu’à Trolltunga, et généralement il pleut alors soit on annule soit on écourte (depuis le premier billet, je suis allée sur la langue de Troll, et le rocher est assez large alors c’est plus impressionnant de loin que dessus, voilà). Par exemple la dernière fois que j’ai promis du Hardangerfjord, on a fini dans le Sognefjord.

Cette fois c’était différent, parce qu’il s’agissait du recordman mondial du 500 mètres kayak et pêcheur du plus gros poisson du fjord et son petit bouchon (une partie de cet article est librement inspirée), mais aussi parce que la canicule est arrivée jusqu’en Norvège où on a pu faire l’expérience d’un bon 28 degrés à l’ombre. L’eau était à 17, et elle était très bonne. Mais voilà, impossible d’aller à Trolltunga : il a beaucoup neigé cette année et surtout, il a neigé jusqu’en juin. La randonnée n’est donc pas encore praticable pour le chaland mais qu’importe, le chaland en a profité pour apprécier le Hardanger à sa juste valeur en alternant camping au bord de l’eau, pêche, rando raquette sur un glacier et cascades. Pas de doute, le chaland aime le Hardanger.

Pour comprendre où on est allés et tous les kilomètres avalés dans le week-end, voici une carte du fjord et de toutes ses ramifications.

Vendredi soir, nous avons conduit jusqu’à Norheimsund pour prendre le ferry pour Jondal. On a ensuite remonté la pointe pour aller vers Utne, où se trouvait un camping. Bon des campings il y en a un peu partout, mais des campings avec une hytte libre un vendredi soir de canicule en juillet, c’est plus rare.

Bonne pioche : notre hytte est face au fjord, elle a même un lavabo et de la vaisselle (ce n’est pas le cas partout), tout est parfait pour un BBQ.

 

Le lendemain on démarre pour Jondal, puis on pique à gauche direction la montââgne : on grimpe de 0 à 1200 mètres en une demi-heure, où l’on est accueillis par des congères de 4 mètres qui n’ont pas encore fondu.

Là-haut sur le glacier du Folgefonna se trouve une station de ski d’été. Il n’y en a que 3 en Norvège, et on peut skier durant juin-juillet aux côtés de quelques équipes nationales. Il y a aussi possibilité de faire du kite-surk (version neige) ou encore, comme nous, une randonnée sur le glacier. Normalement la randonnée se fait avec des crampons, sur la glace, mais si vous avez bien suivi jusqu’ici cette année la neige s’accroche alors nous avons randonné en raquettes sur la neige qui recouvre encore le glacier. Qu’importe pour le feng-shui des crampons sur la glace, c’était super aussi. Les groupes sont adaptés en fonction des envies et de la forme physique de chacun, et à tout moment vous pouvez signaler que là, c’est peut-être un peu trop compliqué pour vous.

À noter si vous êtes de passage pour quelques jours à Bergen, sans voiture, qu’il y a des packs bus+rando glacier à la journée (ce post est non-sponsorisé, bisous).

Il y a possibilité de se préinscrire à la rando, mais en ce début de mois ca n’avait pas l’air très nécessaire. Quoiqu’il en soit, les guides étaient supers et vous aurez peut-être la chance de découvrir l’accent norvégien à couper au couteau (sinon, vous pouvez l’entendre dans cette vidéo qui vous explique l’essence de la Norvège). Ils gèrent tellement bien qu’ils prêtent même les chaussures de randonnée (il faut des tiges hautes), des pantalons et des lunettes de soleil. Vous avez le droit de ne pas arriver en slip, cela dit, surtout qu’il vous faudra un sandwich et à boire. Dernier conseil équipement : n’oubliez pas des gants si vous allez sur la glace (pour éviter les échardes) et mettez-vous de la crème solaire sous le nez : le soleil se réfléchit peut-être un peu trop bien sur la neige et moi je pèle actuellement des narines et j’ai l’air très bête.

Les congères à l’aller, et au retour :

La rando raquettes. Au début on n’est pas cordés puisque la neige est sur de la terre pleine, mais après le déjeuner on s’est encordés car la neige, en train de fondre, reposait sur le glacier : impossible de voir où se trouvaient les crevasses.

Vue sur les montagnes de l’autre côté du fjord, puis vue sur le fjord :

Votre serviteuse, après qu’un petit groupe se soit détaché : je porte les quelques mètres de corde supplémentaires.

La cascade que nous étions descendus voir :

Le second groupe, au loin :

Point J’ai les mollets en feu :

Le centre de ski à 16h, la fermeture :

 

Le dimanche était une journée plus tranquille à base de cascades, de fjord et de beaucoup de route mine de rien (toutes les routes sont environ à 60 km/h, et ca se comprend), alors nous sommes allés dormir de l’autre côté du fjord.

Passage par Odda, la capitale du Hardangerfjord, ville ultra-sexy car des usines profitant de l’hydroélectricité s’y sont installées :

Image bucolique du Hardanger : un fjord, une maison rouge, des pommiers. Il ne manque plus qu’un mouton et une jeune fermière en sabot.

Point pêche (on n’a pas réussi à attraper le maquereau qui a sauté trois fois devant nous) :

Nous sommes allés voir Vøringsfossen, une multiple très grande cascade cachée dans le Hardangervidda. Pour y aller, il faut d’abord aller à Eidfjord, une ville qui prend soin de ses arbres et de ses cabines téléphoniques :

Ensuite, il faut suivre la route d’Oslo et tourner un peu en rond, à cause des tunnels qui les pauvres font comme ils peuvent :

Vøringfossen est très impressionnante puisque l’eau chute de plus de 180 mètres. On peut prendre des photos d’en haut, de face ou encore… d’en bas. Au bout de la rando (les infos et la carte sont ici) se trouve même un petit pont suspendu, pour le frisson.

Vue de face :

Vue d’au dessus :

J’en remets une couche parce que c’est vraiment très très très beau :

Pour rentrer, nous avons pris le pont près de Eidfjord. C’est important de le prendre si vous avez envie de voir un rond-point dans un tunnel, une grande spécialité de la Norvège :

Ensuite nous avons suivi le littoral jusque Norheimsund. La route est aussi belle que pourrave :

J’en profite pour placer nonchalamment une autre photo de route, prise la veille de l’autre côté du fjord. Une ferme à saumons :

On aurait bien pu passer par Voss, c’était plus rapide, mais on voulait repasser par Norheimsund pour aller voir Steinsdalsfossen, une belle cascade derrière laquelle on peut se promener. Image bucolique bis :

Voilà pour le Hardanger que nous n’oublierons pas, car l’été, c’est mon week-end préféré de l’année.

Rendez-vous sur Hellocoton !

26 thoughts on “Hardanger, pays des merveilles

  1. Wahouh ! Ils sont trop chanceux vos visiteurs que vous leur organisiez des week-ends aussi sympas. Ça a vraiment l’air génial.
    Bon ok, c’était nous les visiteurs… et on est vraiment trop chanceux… et c’était vraiment génial !
    Merci encore ;)

  2. Su-per!
    Je fais le record du monde du 500m en kayak.
    Je pêche le plus gros poisson du Fjord et toi tu fais un article sur deux pauvres cascades et un petit glacier…

  3. Wow c’est vraiment magnifique!!
    Etant déjà allée deux fois en Finlande, j’aimerais beaucoup découvrir les autres pays nordiques, et j’avoue que ton article me fait complètement rêver!!! Félicitations!
    Et merci pour le partage! ;)

    Bisous!
    xxx

  4. Magnifiques photos, ça donne envie! J’en profite pour demander un avis: après être tombé amoureux de la Norvège (et aussi accessoirement d’une norvégienne…) je pars avec deux amis faire un trek d’une dizaine de jour dans la région des fjords (max 300 km à pied). On hésite encore entre la région de Sognefjord et la région de Hardanger fjord, un avis? Merci!

    1. A priori, je dirais que la région où il fait le plus beau est la meilleure idée ;)
      Sinon, je préfère le Hardangerfjord & Hardangervidda parce que le fjord est plus étroit (même s’il y a le Nærøyfjord, près de Flåm, ce qui signifie “fjord étroit”), et puis il y a aussi pas mal de hytter du DNT qui ont l’air super pour se reposer au calme (donc avec jacuzzi, sauna, etc).

      Enfin tout dépend de votre niveau et de vos envies, mais vous pouvez regarder un peu dans l’arrière pays d’Ålesund, où les montagnes sont plus affutées (quoique, près de Rosendal il y a “les alpes de Rosendal”, donc certaines montagnes affutées également)
      Bon voyage!

  5. Très jolis paysages ! ça donne envie de se raffraichir un peu… J’adore les petites laines autour des arbres, c’est trop mignon !!

  6. Superbe ! à quelques jours prés on aurait pu se croiser !! On a fait la rando avec le pont en bois au pied de Vøringfossen, c’était chouette. Mais, le lendemain, pluie et gros nuages accrochés aux montagnes du Hardanger, on n’a même pas tenté de rando en hauteur, pourtant on en avait vu des sympas au dessus de Jondal ^^. Au final, on aurait probablement eu de la neige. Merci pour cet article et les photos !

    1. Merci, j’irai voir vos photos, je suis curieuse de voir à quoi ressemble la cascade d’en bas :)
      Effectivement, il vaut mieux bien regarder la météo pour prévoir son planning, et le niveau de neige (cette année c’est un été exceptionnellement mauvais, apparemment il y a encore de la neige à 1000m)

  7. Superbe article ! Plein de souvenirs de notre road-trip de l’année dernière. Surtout le rond-point dans le tunnel ! :)

    Magnifiques photos et surtout super beau temps ! C’était pas le même délire que l’année dernière, les paysages ont tout de suite plus fier allure.

    Et puis Eidjford, c’est des arbres en tricot, sa cabine téléphonique qui téléphone pas, mais surtout des tumulus viking !!! On aurait mieux fait d’aller voir la cascade… :)

    1. Ah ah merci, je ne savais pas pour les tumulus (on ne lit plus trop les guides touristiques, alors si c’est pas écrit en gros sur les sites, je passe à côté), ca me fera un truc de plus à raconter au prochain passage :)

  8. Je n’aime pas, j’adore !!!! Que de souvenirs ! Le Troll Tunga (moins impressionant une fois dessus) et la neige (14 km sur les 22 dans la neige), les cascades, Eidfjord, ses arbres et ses cabines téléphoniques, les ronds point dans les tunnels… Merci pour cet article qui me donne la banane :)

    1. Eheh, j’ai bien eu le même effet sur Trolltunga : quand on va finalement dessus, ca ne fait pas peur :)

  9. Magnifique! Mais pourquoi je ne connaissais pas ton blog…??? Je crois que je vais devenir une lectrice assidue: si tu vois le Danemark monter dans tes stats, c’est moi ^_^

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>