Preikestolen & Stavanger

Preikestolen & Stavanger

J’ai longtemps hésité sur la destination de notre dernier jour férié avant Noël : Stavanger ou le Jotunheimen ? Et finalement, on a repoussé la pluie et le froid du Jotunheimen à plus tard pour visiter Stavanger et répondre à une question que je me posais depuis longtemps : serait-ce plus joli que Bergen ?

On a pris le Kystbussen (le bus de la côte) pour atteindre Stavanger après 5 heures de trajet le long des fjords et à bord des bateaux. De Stavanger on est quasiment tout de suite repartis en prenant le ferry pour Tau puis le bus qui menait au camping du Preikestolen (tous les détails techniques sont à la fin de l’article, pour ceux que ca intéresserait).

Exemple de décor pas dégueu :

Bon en fait tout le week-end les choses n’ont pas été ce qu’elles auraient dû être et, après avoir raté un bus, puis un ferry (et je vous parle pas de notre bec à gaz qui nous a lâché!), on est arrivés suffisamment tard au camping pour se dire que faire l’aller-retour au Preikestolen le soir même serait logistiquement compliqué (bon évidemment si vous louez une voiture, c’est la fête de la lumière en ce moment alors vous pouvez bien vous asseoir sur tous les horaires pour faire votre rando). La vue depuis le camping :

Le lendemain matin on a pris le premier bus qui passait devant le camping pour aller au départ de la rando, parce qu’on savait qu’on ne serait pas seuls. C’est un peu embêtant de dépendre du bus, mais il y a bien 5-6 kilomètres de route parcourue par des camping-cars allemands alors c’est techniquement beaucoup plus simple de ne pas marcher.

La randonnée ne fait que 4 kilomètres. Ut.no dit qu’il faut prévoir 2 heures à l’aller, ce qui est vrai si vous y aller en pleine journée et si vous ne sortez vos belles chaussures de rando qu’une fois l’an.
Si vous êtes comme nous des randonneurs du dimanche, c’est-à-dire pas de grands sportifs mais capables d’enchaîner les 7 montagnes de Bergen dans la journée (35 kilomètres, 2400 mètres de dénivelé – mais j’y reviendrai plus tard), comptez 1h30.

Première vue sur le Lysefjord. Au bout il y a un village dont on peut partir pour faire la randonnée du Kjerag (le rocher coincé au dessus du vide).

La fin de la randonnée offre une alternative aux gens qui ont le vertige : on peut choisir le chemin sur la falaise, ou le chemin par la colline. On a pris le second (sinon j’aurais fait le dernier kilomètre seule). On arrive alors sur une petite colline qui surplombe le Preikestolen – version quand il y a peu de monde le matin :

On peut néanmoins facilement en descendre et aller sur le rocher. La largeur minimum est de 4 à 5 mètres donc on ne longe pas forcément le vide, mais ca n’a pas suffit à rassurer mon cobaye-vertige et j’ai fait les derniers mètres seule.

C’est très joli mais c’est tout de même ingrat : une fois qu’on est sur le rocher (très large), c’est dur d’y faire une photo qui rende justice. Ma photo depuis le rocher :

Le mieux c’était encore de retourner sur notre colline. Version quand il y déjà un peu plus de monde (et avec mes problèmes de coiffure) :

Une photo du Saint Saucisson que nos derniers visiteurs nous ont amené, et qu’il fallait déguster dans un endroit honorable (oui on a une planche à découper le saucisson en rando, pas vous?) :

Le lendemain on est repartis vers Stavanger en reprenant le ferry :

Il ne nous reste plus qu’une demi-journée pour visiter Stavanger, autant dire qu’on ne se paiera pas le luxe d’aller sur les plages de sable. Stavanger est la capitale du pétrole en Norvège, et ca tombe bien près du terminal des ferrys il y a le musée du pétrole (texte en anglais et norvégien).

Le musée a plusieurs parties et pleins de super maquettes. J’ai du mal à discerner ce que j’y ai appris de ce que je savais déjà, mais l’essentiel c’est que c’est un chouette musée tout de même.

Dans la partie anxiogène “on va tous mourir” :

Une maquette exposant comment la plateforme Troll tient debout. Pour plus d’infos, allez voir ici!

Gullfaks :

Et Stratfjord B – à l’époque où elle a été construite les ordinateurs étaient peu puissants alors les maquettes étaient construites pour faire les études de sécurité.

Et un FPSO (= un bateau qui fait aussi plateforme) :

Au final on n’aura pas vu beaucoup de choses à Stavanger, mais ca a l’air d’être une ville agréable à vivre (même si les montagnes ne sont pas accessibles depuis le centre-ville). L’espace jeux entre le musée du pétrole et le terminal des ferrys :

Et la rue colorée de la vieille ville :

Partie technique (1€ = 8.1 nok en ce moment) :

- Le Kystbussen entre Bergen et Stavanger coûte 400 nok l’aller si vous achetez plus de 6h à l’avance sur internet (billet imprimé ou recu par SMS), 550 nok si vous achetez au chauffeur (et sans doute beaucoup moins si vous avez une carte d’étudiant). Si le bus est plein, il y en a un deuxième. Si vous prévoyez votre excursion à l’avance, mieux vaux guetter les offres spéciales sur Norwegian, comme expliqué ici.

- Ferry entre Stavanger et Tau opéré par Norled : 47 nok l’aller.

- à Tau, il y a un bus Tide, bizarrement toujours vide, ou un bus Boreal. Du quai au camping ou au Preikestolen : 150 nok l’A/R. Si vous reprenez le bus entre le camping et le départ de la rando, il faut payer un supplément de 35 nok l’aller. Ici les horaires de ferry + bus qui s’enchainent.

- Logement : il y a des hôtels à Tau. Camping = 240 nok la nuit pour 2 personnes en tente. Possibilité de loger au Fjellstue (un refuge haut-de-gamme tenu par le DNT, l’association de randonnée norvégienne) : 300 nok la nuit en dortoir d’après mes souvenirs. Sinon, il est tout à fait possible de faire l’aller-retour depuis Stavanger sur la journée.

Edit : il est à présent possible de faire la randonnée depuis votre bureau, grâce à GoogleMaps!

Rendez-vous sur Hellocoton !

15 thoughts on “Preikestolen & Stavanger

    1. D’habitudes elles sont déjà très jolies en bleu, orange ou rouge, mais là elles sont vraiment super :)

    1. J’suis sure qu’il a pas dit son dernier mot… faut qu’on cause, lui et moi, avant qu’on parte en vacances.

    1. Décidément, j’crois que je vais faire des photos de saucisson à chaque fois que j’en mange :) (c’est à dire pas souvent, malheureusement)

  1. Photos superbes, Merci. j

    J’y suis montée (en juin 2014) aussi mais si tu savais comment j’en ai bavé…. je suis tombée trois fois une entorse , chûte genou, et une blessure en redescendant qui 3 mois après ne s’est pas encore guéri, je n’ai pas réussi à monter au dessus du pulpit rock là où on vois votre beau saucisson ;-) mais la vue sur le pulpit rock était magnifique ! je me rappellerai à vie cette vue.

  2. Bonjour !

    je pars en Norvège cet été avec ma voiture avec des amis et nous voulons évidemment faire cette fameuse randonnée de Preikestolen! J’aurai donc une petite question ? Savez-vous combien coûte la traversée Stavanger-Tau avec une voiture ? je ne trouve ça nulle part…
    Vos photos font rêver !
    Merci !

    1. Bonjour,
      En effet sur le site de Norled (opérant la liaison Stavanger-Tau), l’info n’est pas disponible. Je ne peux donc pas aider, mais vous pouvez toujours leur envoyer un message :)

  3. Bonjour Erna. Je suis intéressée par la route alternative a la falaise pour le preikestolen car j’ai le vertige et pas le pas sur dans ces moments. Mais personne n’en parle. Est-ce bien indique? Cela rallonge t-il les délais de randonnée? Merci pour les précieuses infos

    1. Bonjour,
      La séparation des chemins se fait assez tardivement (à 200-300 mètres de l’arrivée je dirais, à vue de nez) alors ca ne rallonge pas vraiment le temps de rando. À un moment il y a un panneau “cliff” (falaise) vers la gauche, et je ne sais plus quel mot exactement pour arriver au dessus mais bref, il faut aller vers la droite. Bonne rando :)

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>