17 mai : fête nationale norvégienne

17 mai : fête nationale norvégienne

Le 17 mai dernier, c’est-à-dire il y a pas si longtemps, c’était la fête nationale. L’ambiance était montée petit à petit dans les magasins où on pouvait acheter pleins de produits aux couleurs du pays (ce qu’on a bien entendu fait, histoire de s’intégrer) et chez les voisins qui mettaient déjà le drapeau norvégien au balcon. Parce que bien sur, toute personne en Norvège a un drapeau dans son placard et un porte-drapeau sur son balcon (y compris nous, même si on n’a rien demandé).

Le jour venu, tout le monde était debout très tôt puisqu’à 7h du matin on voyait déjà des gens se promener en Bunad (le costume traditionnel, cf plus bas) et en route pour le défilé. Mais avant de parler du Défilé, introduisons deux “communautés” particulièrement en vue lors du 17 mai.

Les buekorps

Les buekorps sont une tradition qui existait antan dans le reste de la Norvège, mais qui ne subsiste à présent quasi qu’à Bergen – même s’ils ont encore quelques potes dans certaines villes, et même suffisamment pour faire la fête des Buekorps tous les 4 ans (la prochaine édition étant l’an prochain, faites chauffer les appareils photos). En gros, il s’agit de gamins de tous âges qui jouent au service militaire avec des fausses arbalettes en bois.

On avait croisé le bataillon de Nordnaes il y a quelques temps. On avait assisté à l’entrainement des plus jeunes dans une cour, puis au défilé de tout le bataillon devant les parents.

(j’ai essayé de prendre une photo aussi droite que possible)

D’après mes informations (Wikipedia, donc), les buekorps se réunissaient soit le samedi pour les bourgeois, soit le dimanche pour les prolétaires (puisque les enfants travaillaient le samedi). Les costumes dépendent eux-aussi du buekorps d’appartenance et certains sont relativement simples (pantalon noir, chemise blanche et écharpe Miss France). Depuis quelques années existent également les Buekorps mixtes, ou féminins – dans ce cas, il faut se faire deux tresses.

On a bien sur parlé du sujet à nos collègues, et il semble que les Buekorps sont vus à peu près comme les scouts en France : on a plutôt tendance à se moquer gentiment quand on apprend que quelqu’un en faisait partie. Aussi, on a vu cette semaine que certains peuvent se faire un peu d’argent de poche en accueillant les touristes au son des tambours devant le Radisson Blu Hotel.

Pour la pluralité des Bataljoner, voici comment rejoindre le Skansens Bataljon :

Et les 140 ans du Wesselengens Bataljon :

Et enfin, quelques photos de Buekorps le jour du défilé :

(pour ce qui est des droits d’images en Norvège, j’avoue que je suis pas encore assez flink en norsk pour trouver et comprendre la doc, alors je pars du principe que lorsqu’on se déguise en costume traditionnel pour un défilé public le jour de la fête nationale, c’est qu’on est d’accord pour être pris en photo et qu’on représente un norvégien traditionnel)

Les Russ

L’autre “communauté” à part défilant le 17 mai sont les Russ. Sont appelés ainsi les lycéens de dernière année (19 ans), qui font la fête pendant 3 semaines avant de passer leurs examens.

Ils sont très organisés et répondent à beaucoup de codes. Tout d’abord, ils sont tous des salopettes rouges*, souvent customisées de leur nom. Bien souvent ils ont également un pull avec le drapeau norvégien et l’inscription “Russ 2013″. Il faut également avoir des cartes de visites à son image (= une photo débile, une insulte à votre mère et un numéro de téléphone au cas où) que les enfants collectionnent. Enfin, vous aurez d’autant plus la classe si vous avez une voiture rouge, ou même un minibus rouge, ou même si vous avez acheter un bus tous ensemble pour le repeindre.

Vous vous en doutez, 3 semaines de la sorte ont un coût, qui s’estime au moins à 2000€ d’après cet article. Avant que tout le monde ne pense “ce sont des p’tits pourris gatés” (nous reviendrons sur ce sujet dans un prochain billet), il faut savoir que les jeunes lycéens norvégiens semblent beaucoup plus travailler que les lycéens français (notamment à la caisse des supermarchés).

*Quand je dis qu’ils ont des salopettes rouges, ce n’est pas tout à fait exact. En fait, une très grosse majorité est en rouge, mais quelques Russ sont en bleu. Ce sont, d’après un collègue “les méchants qui vont aller en Business school. D’ailleurs c’est une insulte, Blå Russ“.

Les Russ à la fin du défilé :

Une petite fille qui collectionne les cartes de Russ :

Le défilé

Venons-en au défilé. Ici, il ne s’agit pas d’un défilé militaire (quoiqu’il y ai bien quelques militaires participant) mais d’un défilé citoyen. Entre les Buekorps qui ponctuent le défilé et les Russ qui le terminent défilent les écoles de la ville, principalement, mais aussi pleins de clubs différents du genre le club de lecture, le club des gens en vélo des années 50, le club de volley qui bien sur faire du volley à l’arrière d’un camion, le club de foot professionnel (vous imaginez Beckham et Zlatan défiler à pieds sur les champs Elysées le 14 juillet vous?), etc.

Les élèves dentistes :

Le club de… ski-roller (très courant ici) :

Une école qui distribuait des hot-dogs aux spectateurs :

Le Bunad

Tout autour du défilé tout le monde était très très bien habillé et c’était un festival de Bunad et de couleurs, qui sont censés être inhérents à la région d’origine, mais comme j’en ai vu relativement peu des mêmes couleurs, je suppose qu’il y a peut-être une mode propre à la région à prendre en compte. Quelques exemplaires :

Alors, quel est votre préféré ?

Un petit détail sur la ceinture représentant Bryggen (ou comment faire une super transition), tiens dites donc j’ai aussi des photos de Bryggen noir de monde!

On comprend à présent mieux pourquoi Eva Joly proposait un défilé citoyen pour le 14 Juillet. Quelques différences cependant qui feraient très certainement que ça marcherait moyen en France :

  • Au 14 juillet, les enfants ne sont plus à l’école
  • Beaucoup de familles sont en vacances
  • On n’est pas aussi fiers de notre petit drapeau

Après le défilé, la journée consiste normalement à manger des hot-dogs, manger des glasses et boire. Notre prof de norvégien a d’ailleurs expliqué qu’il étaient conseillé d’écrire un numéro de téléphone à contacter sur ses bras et ceux des enfants…

Rendez-vous sur Hellocoton !

One thought on “17 mai : fête nationale norvégienne

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>